Charte urbanisme

Recommandations générales

Certains matériaux ou certaines restructurations de façade peuvent rompre l'équilibre et le dessin d'un bâtiment.

Une façade conçue avec des volets parait squelettique si on les enlève. II en est de même pour des poses de menuiseries "plein jour", caisson lumineux,etc...

II convient de remplacer les éléments à l'identique. En cas d'intervention sur la façade il est recommandé de prendre conseil auprès d'un professionnel. Les matériaux comme le PVC sont à proscrire. Pour les peintures d'enduit ciment, utiliser une peinture mate, type pliolite, ou mieux minérale ou silicatée.

Ne jamais utiliser de Revêtement Plastique Épais.

Si l'enduit doit être refait, on utilisera un enduit type "Patrimoine", mélange sable/chaux à granulométrie irrégulière, taloché. Le traitement de la façade sera l'occasion d'une analyse générale : store, enseigne, réseaux torsadés, potence, etc...

II est important de conserver l'esprit du centre bourg de Plourin-lès-Morlaix.

Le centre bourg a un caractère minéral appuyé par le traitement de la Mairie. Le nuancier "maçonnerie grande surface" accompagne la clarté et la chromie générales du centre : tonalité jaune ocrée, "blonde", et très claire. Les teintes choisies pour les grandes surfaces se situent d'ailleurs dans une relative monochromie, posant bien la verticalité des volumes dans l'espace de la place centrale.

La volumétrie du bâti est très homogène ; la couleur doit donc permettre une ponctuation et une requalification de l'architecture.

Les propositions couleur

Les propositions contenues dans les panneaux tiennent compte de nombreux éléments d'analyse (échelle, expositions, volumétrie, rythme des façades, perceptions proches et lointaines...) qui doivent être décodés pour un travail d'intégration urbaine.

Le diagnostic de la façade vient ensuite : liaisonnement avec le rez-de-chaussée commercial, matériaux, enseigne, store, menuiseries, restructuration éventuelle de la façade, qui va déterminer un parti-pris de coloration.

Les enseignes judicieusement étudiées peuvent accompagner harmonieusement les commerces en renforçant le caractère de Plourin-lès-Morlaix.

Le nuancier général se décompose en trois gammes : les teintes maçonneries grandes surfaces, les teintes maçonneries de rehaut, les teintes menuiseries/ferronneries et pose des rapports de surface d'application différents.

La gamme des teintes maçonnerie grande surface peu saturée et relativement monochrome, se justifie par le traitement des bâtiments "phares" de la place : la Mairie, la Poste, le Presbytère. II s'agit de ne pas créer de rupture dans la perception chromatique générale de Plourin-lès-Morlaix.

Les teintes employées dans le nuancier maçonnerie rehaut balayent une gamme plus large du spectre chromatique, évitant cependant les bleus type cobalt ou outremer, déjà judicieusement appliqués sur les menuiseries.

Les teintes menuiseries/ferronneries sont plus fortes en pigment, car ces éléments architecturaux supportent une saturation élevée et rehaussent l'architecture du centre bourg. La gamme se situe surtout dans les vert/bleu, et les oxydes rouge.

La couleur

La couleur est l'impression que fait sur l'œil la lumière diffusée par un corps. Cela implique que dans l'architecture on ne peut dissocier la couleur de Ia matière Dans le traitement des couleurs des façades, l'on distingue deux "types" de couleur.

• la couleur filmogène (le support est recouvert d'un film de peinture qui le cache et ne fait pas corps avec lui.)

• la couleur matière (l'impression chromatique diffusée par la lumière est issue du matériau utilisé pour la construction (exemple: granit, enduit sable/chaux, brique, etc.))

Dans l'oeil, les bâtonnets réagissent aux clartés (blanc-noir) et les cônes en lumière vive, et comprennent 3 ensembles de pigments : bleu-indigo, vert-jaune et rouge.

Il existe deux types de couleur : la couleur lumière ( synthèse additive ) et la couleur pigment ( synthèse soustractive).

Le mélange des 3 pigments en couleur lumière crée du blanc, tandis que le mélange des 3 primaires en couleur-pigment (cyan, magenta, jaune) crée du noir. L'œil fonctionne en synthèse additive, tandis que la fabrication de peinture fonctionne en synthèse soustractive.

3 paramètres sont utilisés pour analyser la couleur :

- La tonaIité

- La clarté (repérable à l'aide de l'échelle du blanc au noir)

- La saturation

Un oeil exercé décerne environ 360 tonalités, 100 clartés et 20 degrés de saturation, soit environ 600 000 tons.